QUESTION DU JOUR

En pleins travaux pour l’ouverture de notre nouveau “centre”, je passe beaucoup de temps dans le quartier de notre dispensaire (puisque nous ouvrons deux rues plus loin). Je vois la majorité de nos patients dans leur environnement et prends le temps de parler aux voisins, amis… Je me rends compte une fois de plus qu’une partie de ces patients aurait certainement les moyens de payer 50 ou même peut-être 100 roupies au lieu des 10 roupies que nous leur demandons aujourd’hui.

Je ne suis pas venu en Inde pour ça. Je ne veux pas dépenser mon temps, mon argent et votre argent pour çà!

Comment agir correctement? Comment mieux organiser notre action? Comment lui donner la juste direction?

Je reviens à mon idée de base: pour atteindre les plus démunis et ne pas attirer les  moins démunis, il faut nous enfoncer et nous installer plus profondément dans les bidonvilles.
Ce que nous ferons dès que possible avec notre prochain dispensaire..

Une autre solution est de créer des cartes d’enregistrement qui donne accès à nos soins uniquement aux plus pauvres, identifiés par nous ou par des travailleurs sociaux d’autres ONG avec qui nous pouvons collaborer.

Et aussi prévoir régulièrement des journées éducatives pour expliquer à des populations ciblées ce qu’est l’acupuncture et surtout à quoi elle peut leur servir.

C’était ma rogne du jour, merci de l’avoir écoutée

Comments are closed.